Dicky & Wacko

Lil Dicky & Wacko : Interview croisée et concours de dicks.

Après un concert bouillant à la Flèche d’Or, Lil Dicky, le rappeur de Pennsylvanie et son homologue français, Wacko – qui assurait sa première partie – ont chillé ensemble dans la capitale.
Comme on est toujours dans les bons coups, on a réussi à les suivre le temps d’une soirée. Après un match d’ouverture de l’Euro regardé ensemble, quelques parts de pizzas enfilées sur le pouce et quelques joints fumés, nous avons fait s’asseoir les deux rappeurs adeptes du second degré pour une interview qui a tourné au concours de bite… Chose qui, vous l’avouerez, est un peu paradoxale quand on accueille Lil Dicky. 

Nohell : Alors Dicky comment tu te sens après ton premier concert à Paris ?
Lil Dicky : Vraiment bien, les gens sont cools, la ville est belle…

On va rentrer dans le vif du sujet. Parle-nous un peu du concept de méta-rappeur que tu incarnes.
LD : Meta quoi ?

 Méta-rappeur.
LD : Hein ? C’est quoi ?

Un mec qui rappe sur le rap. C’est Wacko qui m’a dit ça…
W : J’avoue…

LD : Tu cites quel morceau ? Professional Rapper ?

: C’est ce qu’il y a écrit sur ton Wikipédia…

LD : Meta ? Je n’ai aucune idée de ce que c’est… Mais en tant que méta-rappeur, je dirais que…  [Rires] Quand j’entends ce mot, les premiers trucs auxquels je pense c’est « créativité », « charisme », « lyricisme »… [Rires]

Ok, et vu que tu dénonces certains trucs, comme par exemple dans ton clip $ave Dat Money, le fait que les rappeurs dépensent trop d’argent, tu te considères comme un rappeur conscient ?
LD : Non, j’essaye juste de faire rire les gens.

 Et toi Wacko ?
W : Quand tu fais de la musique, je pense que ton objectif c’est d’abord de faire danser, rire, pleurer, etc. Et ce parfois sans trop calculer. Mais si t’arrives aussi à provoquer de la réflexion, je trouve ça encore plus intéressant. 

Tu n’étais pas destiné à rapper Dicky, tu as d’ailleurs déclaré que le rap te permettrait d’avoir plus d’exposition pour ensuite faire de la comédie, des shows télé, etc.
LD : Grave ! J’ai toujours voulu être comédien mais je ne compte pas arrêter le rap pour autant. En ce moment je suis plus un rappeur. Mais dans cinq ans je pense que je serais rappeur, comédien et sans doute même mannequin. [Rires]

Sans transition, tu as surement entendu parler de ce qui s’est passé à Charlie Hebdo. Du coup je voulais te demander, est-ce que tu penses qu’on peut rire de tout ?
LD : Wow,  je n’avais pas pensé à ça jusqu’à ce que t’en parles…

tumblr_nr0a546mg31uyarzgo1_500

W : C’est quoi cette question de merde ?
LD : En ce qui me concerne, je pense qu’une fois que les gens écoutent mes morceaux et regardent mes clips, ils captent que c’est une représentation humoristique. 

Et selon toi Wacko ?
W : Tu sais ce qu’on dit en France : on peut rire de tout mais pas avec n’importe qui…

Dicky, tu connaissais Wacko avant hier ?
LD : Non pas du tout je l’ai découvert sur scène et là il vient de me montrer ses clips.

Et tu en penses quoi alors ?
LD : C’est un mec super et puis ses clips sont lourds, surtout celui avec Lil Debbie qu’il a improvisé sur place en arrivant à Oakland. Ça m’a rappelé $ave Dat Money, je kiffe son approche un peu folle.

W : Cimer babtou !

Question pour vous deux messieurs, c’est dur d’être blanc dans le rap game ?
LD : Non pas quand tu es aussi fou et aussi fort que moi. Les gens sont là « waouh, je ne peux pas rivaliser avec ce mec… »

W : Je ressens exactement la même chose. [Rires] 

Comment tu as réussi à te connecter avec tous ces rappeurs qu’on voit dans tes clips, Dicky ?
LD : Par mail tout simplement. Leurs manageurs respectifs les ont lu et ont trouvé l’idée cool donc on s’est connecté par la suite et on a fait les choses.

Tu as été confronté à des mecs qui ont refusé de taffer avec toi ?
LD : Hum probablement [Il cherche pendant 30 secondes]… Jay Z, et … Future aussi a préféré ne pas donner suite. Mais après c’était dans les débuts donc je pense réessayer un jour. 

Comment tu as travaillé sur ce dernier album ?
LD : Beaucoup par email encore une fois, j’ai dû faire 60% du projet par email. Pour s’envoyer les beats etc. Au final, j’ai réussi à réunir plusieurs producteurs avec lesquels je voulais travailler donc c’est vraiment un album cool.

Parles-nous un peu de ton dernier projet Wacko.

W : Toutes Sauf Toi, un EP d’amour gâté avec une couleur R&B années 90, un style musical qu’on a saigné et auquel on a voulu rendre hommage avec Mouston (qui a composé les instrus du projet). Le EP est disponible gratuitement sur mes pages Soundcloud et YouTube et je le conseille particulièrement à tous ceux qui ont envie d’alléger un grief amoureux.

C’est quoi la suite ?
LD : J’ai un projet de série, mais avant je veux faire encore plus de musique.

W : Elle parle de quoi ta série ?

LD : D’un mec qui veut faire du rap alors qu’il n’est pas du tout à sa place.

W : Mec c’est incroyable, je suis en train de réaliser la même série.

LD : Lâche l’affaire.

W : Mesdames et messieurs, faites vos jeux. Moi ça s’appelle « Ça Rime à rien », 6 000 euros, 13 épisodes contre…?

LD : C’est en négociation avec HBO et Netflix, je ne peux pas vraiment t’en dire plus…

W : Haha wow, j’ai une grosse cote.

LD : Ouais je pense que ma série va marquer son temps, je poursuivrais une autre piste si j’étais toi.

W : Tu me laisseras la licence pour la France ?

LD : Pourquoi pas, ce n’est pas tous les jours que je rencontre un aussi gros enculé que moi. [Rires] 

Dernière question tu t’appelles Lil Dicky, mais elle fait …
LD : … Petite, très petite. J’ai grandi en y pensant constamment, c’est quelque chose qui m’est resté en tête, donc voilà…

Et toi Wacko pourquoi ce blaze ?
W : MC Wack, le plus wack depuis et pour toujours !

Merci messieurs.
LD : God Bless America !

W : Vive la France… Et la Suède.